Année charnière ?

Vous avez dit « progrès » ?

La mode est à l’intox. Aux « fake news » comme il est devenu incontournable de les appeler. Et nous sommes gâtés dans le domaine. On peut désormais nous faire avaler n’importe quoi. Peu de gens vérifient ce qu’ils aperçoivent rapidement sur leurs flots de nouvelles inutiles défilant sans répit sur les fameux réseaux. Pire, les robots, qui remplacent les secrétaires dans les agences de presse, propagent en boucle et sans état d’âme – ce sont des robots – des affirmations souvent erronées.

Pire encore, les nouvelles avancées techniques de nos petits génies de l’informatique ne permettent plus aux éventuels curieux de démêler le vrai du faux en termes d’image. Vous pouvez aujourd’hui insérer la tête de votre président sur le corps d’un acteur de porno et diffuser le film dans le monde entier sans qu’aucun outil ne permette de repérer le montage ! Quel progrès !

(Les pros appellent ça le « deep fake ». Il est intéressant de constater que dans ce cas, ce que les progrès techniques permettent d’approfondir, c’est le mensonge…)

J’ai donc tendance à me méfier de ce que j’entends aux infos, dont j’use déjà en portion congrue, et uniquement via la radio. Le doute est ma règle « jusqu’à être plus ample informée » comme on disait avant. Récemment, j’ai tout de même dressé l’oreille lors d’un flash info du matin, en espérant être tombée sur une émission d’humoristes belges (clin d’œil aux auditeurs de France Inter).

Une journaliste m’annonçait, sans précautions, l’avancée de projets interspatiaux : il était question d’envoyer sur Mars, bien avant les hommes, une colonie de bactéries fouisseuses. Des pros de la mine, ne craignant ni la chaleur, ni le manque d’oxygène et, ô bonheur, non syndiqués. Capables d’extraire sans rechigner, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, les fameux composants, dits rares, nécessaires à la fabrication des portables « nouvelle génération ».

D’après les dernières sondes voyageuses, ces minerais, jusqu’ici la richesse de l’Afrique mais à présent surexploitée par les Chinois, semblent regorger dans le sous-sol de la planète rouge. Il faut donc vite se les approprier. Le détenteur du brevet d’exploitation sera ainsi assuré de régner pour quelques années à venir sur les terriens décervelés.

La Terre enfin devenue invivable grâce à l’homme, détruisons la planète suivante avant même d’y avoir mis un pied. On gagnera du temps.

Info vérifiable ou intox fantaisiste ?

Projet scientifique réel ou imbécillité humaine profonde ?

Espoir ou avertissement ?

Honnêtement, je n’ai pas (encore) d’avis.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

29.09 | 08:21

quel plaisir de voir que tu as repris la souris, te répondrai directement bientôt.
Monique

...
28.09 | 22:04

et la vie continue ses avancées, sourdes et aveugles aux mouvements chaotique et bruyant de la fourmilière anarchique actuelle qu'est l'humanité....

...
28.09 | 22:01

si juste et si bien exprimer, bravo ! ...

...
28.09 | 21:58

QUel beau texte, magnifique expression de cette si cruelle et réelle vérité.. une question si simple est posée... ou se trouve donc la continuité de la Vie ?

...
Vous aimez cette page