Année charnière ?

Petite histoire

Sept heures vont bientôt sonner à l’église de Aberhosan. Nous sommes au cœur du Pays de Galles. A perte de vue l’œil du promeneur ne voit que des collines couvertes d’herbe rase, où s’égaillent quelques moutons trapus. Les plus proches voisins sont à des kilomètres, invisibles. Il faut des heures pour rejoindre Cardiff et ses boutiques. De tous temps, la vie ici a été autarcique. Et pourtant, ô merveille du monde moderne, les 180 habitants de Aberhosan sont désormais bien reliés au monde par cette extraordinaire invention qu’est internet ! Ils en ont même oublié comment ils faisaient avant. On obtient tout sans se déplacer grâce à cet écran ! Travail, ravitaillement, distractions, rencontres, tout ! La liaison physique a été établie par des techniciens il y a plusieurs années déjà, désenclavant le village comme disent les urbanistes en y apportant quelques kilomètres de fibre.

Mais voilà, quand les cloches vont sonner les premières notes du carillon de 7 heures, comme chaque matin depuis dix-huit mois, toutes les liaisons du village vont disparaître d’un seul coup. Chaque jour, à la même heure, c’est le retour à l’isolement. Sans explication. Tout a été tenté. Les techniciens sont revenus. Ils ont testé. Tout était en règle et en état de marche. Ils ont examiné tous les appareils, les ordinateurs personnels, les smartphones, les abonnements, les antennes, les câbles, tout. Sans résultat.

Dix-huit mois pendant lesquels sont revenus tous les fantasmes d’Esprits contraires de la Nature, sans doute jaloux de ces moyens de communication dispensateurs d’ondes néfastes. On est presque revenu aux rites druidiques ancestraux. Sans plus d’effet.

Pendant ce temps, chaque matin à 7 heures, un habitant allumait son poste pour écouter les nouvelles du monde, comme il a fait toute sa vie de paysan isolé. La télé restant allumée en sourdine dans son cottage le restant de la journée jusqu’à l’heure du coucher. Cet homme tranquille n’avait aucune idée qu’il privait ainsi tous ses concitoyens de liaison. Pensez donc ! Il utilisait un vieux poste datant de décennies. Si ancien que personne n’avait même songé à le vérifier. Et pourtant, là était bien le bug. Des interférences entre les signaux électriques de ce vieux serviteur jamais rejeté pour obsolescence et ceux qu’envoyaient glorieusement ses descendants microsoftiens.

Cette fois-ci, le pot de terre était plus fort que le pot de fer, et cette histoire m’a immensément réjouie !

https://edition.cnn.com/2020/09/22/uk/old-tv-breaks-broadband-village-scli-intl-gbr/index.html

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

29.09 | 08:21

quel plaisir de voir que tu as repris la souris, te répondrai directement bientôt.
Monique

...
28.09 | 22:04

et la vie continue ses avancées, sourdes et aveugles aux mouvements chaotique et bruyant de la fourmilière anarchique actuelle qu'est l'humanité....

...
28.09 | 22:01

si juste et si bien exprimer, bravo ! ...

...
28.09 | 21:58

QUel beau texte, magnifique expression de cette si cruelle et réelle vérité.. une question si simple est posée... ou se trouve donc la continuité de la Vie ?

...
Vous aimez cette page