Comment vous dire ?...

Inde (suite et fin)

A la suite de mes deux précédents textes, une amie désolée et amoureuse de l’Inde m’a envoyé quelques belles images rédemptrices. Les sourires et la douceur du Kérala, en contraste avec la morgue et la dureté du nord. C’est juste, et consolant. Mais peu convaincant.

S’il suffisait de changer de latitude pour modifier le fond des âmes, toute la ceinture tropicale du globe serait habitée de femmes en fuite. J’imagine la terre, cette fameuse terre « bleue comme une orange » mais surtout ronde comme elle, tranchée à l’horizontale par deux fois aux pointillés des tropiques. Faisant d’elle un burger insolite : un steack femelle grillé par le soleil et coincé entre deux pains virils et durcis par le froid. Quelle image ! Magritte nous aurait peint ça à merveille.

Hélas la peur et la sauvagerie n’ont pas de frontière, et la lâcheté des gens au pouvoir n’a pas de limites. Il ne se passera rien, avant longtemps. Je crains même un retour du balancier après toutes ces « libérations de parole » dont se gargarisent les médias. Trop contents d’accrocher à leur une de chasse les visages de célébrités prises la main dans le slip.

L’équilibrage des relations est loin, le partenariat entre homme et femme pas encore en vue, le dépassement, voire l’abandon, de quotas hypocrites pas pour demain. Trop de millénaires d’ancrage d’une suprématie d’un sexe sur l’autre pour être balayés en une seule décennie. J’en viens presque à valider les demandes d’« asexualisation » de certains jeunes d’aujourd’hui, aussi baroque que cela me paraisse. Quand les modèles principaux sont domination et servitude, l’envie doit être grande de fuir en no (wo)man’s land, écriture inclusive oblige.

Franchement, vous ne trouvez pas que ce monde délire ? Heureusement, il me reste la contemplation. Le Taygète a coiffé son premier voile de neige. Les collines du Magne, rafraichies par une petite semaine d’orages automnaux, reverdissent tendrement sous leur robe de bruyère rosie. La mer étincelle de saphirs et lapis lazuli précieux caressés par un soleil adouci… Mais que fait l’homme de tant de beauté ?

[ photo S. Martins ]

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

17.04 | 19:58

J'ai voulu y aller de mon grain de sel, mais 160 caractères pour un commentaire, c'est vraiment pas assez !

...
10.04 | 21:34

tout à fait d’accord avec toi faisons ! France for ever

...
03.04 | 10:19

Merci de remettre un message en 2020; ça me manquait, car j'ai internet par intermittence.... et cela n'est pas le moment. Amicalement Monique.

...
21.03 | 01:48

Sous la colère... la force de vie !

...
Vous aimez cette page