Ça va très vite, non ?!

Une journée des femmes à la grecque

« Alina ! »

L’appel provient d’une voiture qui ralentit et stoppe net au milieu de la rue que je traverse. Se garer n’est jamais une priorité pour les Grecs. On s’arrête là où on est et on sort pour faire ce qu’on a à faire, une course, une conversation. Personne ne s’énerve derrière, on a le temps. Cette fois-ci, Dimitri a juste une invitation à me transmettre par sa fenêtre baissée.

« Demain soir, tu viens au restaurant. A 8 heures. Ok ? »

La précision horaire est tellement farfelue pour ces gens qui ignorent farouchement toute idée d’exactitude que j’en reste muette et me contente d’acquiescer avec un sourire. Devant mon café, je réfléchis ensuite. Demain ? Pourquoi ? Dimitri est un jeune papa, veut-il arroser son nouveau fiston ? Ou me présenter enfin cet homme mystérieux qui tient absolument à me connaître paraît-il ? Mais non, suis-je bête, rien de tout ça. Demain, c’est le 8 mars, la fameuse « journée des femmes » et il tient à remplir son resto pour l’occasion. L’année dernière, il avait même prévu un petit groupe de musique live. Allez, pourquoi pas !

---

Il est 20h30. Il ne faut tout de même pas exagérer en arrivant à l’heure fixée. D’ailleurs, il n’y a encore personne, juste deux filles en train de dîner tranquillement. Dimitri arrive une bonne demi-heure plus tard avec son copain Costas. Puis deux hommes que je n’ai jamais vus, encore deux autres dont l’un porte une grosse bonbonne de vin visiblement personnel, puis un dernier, et la table semble complète. Je suis seule au milieu de sept bonshommes, ça, c’est la vision grecque de la « journée des femmes ».

Autour de Dimitri, un ancien flic retraité, un producteur d’olives, un restaurateur, un chauffeur de camion, un gérant de moulin à huile et un boucher. Visiblement des amis de longue date, habitués à se retrouver pour ce genre de dîner entre hommes. Ils ne sont que deux à porter une alliance. Qu’est-ce que je fais là ? Ça, je l’ignore. J’écoute, je réponds gentiment quand on me pose une question, je bois, je pioche dans l’amas de viandes qu’ils ont posé au centre de la table – que dirait le pope devant cet incroyable manquement au régime Carême, j’en frémis d’avance, mais quand je le leur dis, ils éclatent de rire, des mécréants quoi ! A minuit, changement de décor. Nous quittons le resto, qui n’a d’ailleurs servi que trois clientes en plus des deux demoiselles du début, pour celui d’à côté. Nous ne sommes plus que trois. Là, elles sont une centaine de femmes autour d’un joueur de bouzouki et d’une piste de danse. Pas un seul mec à part les serveurs et le propriétaire, cousin de Dimitri, qui fait les additions et nous accueille à sa table. La vision grecque, à nouveau, de la journée des femmes. Je n’en reviens pas.

Toutes ces femmes sont déchaînées, certaines debout sur les tables pour être mieux vues. Toutes habillées comme pour aller au Bois, peintes et coiffées, les seins provocants et les déhanchements invitants. Invitant qui ? leurs copines, devant qui elles se comportent comme devant une proie masculine à saisir d’urgence. C’est très curieux ce débordement forcené loin des yeux de leurs hommes, restés à la maison ou regroupés entre copains dans d’autres restaurants autour d’une étrangère éberluée… Une fois de plus, je m’interroge sur la profondeur des difficultés relationnelles qui règnent ici entre hommes et femmes. Et ce n’est pas une journée d’excès par an qui va résoudre leur problème. Pour moi, c’est un peu too much. Je m’éclipse discrètement. Vive le célibat !

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

Hier | 09:08

intéressant ; ça me parle. Abientôt.

...
13.08 | 12:04

Voilà voilà ! Le temps file trop vite ici que veux-tu ! Mais je ne vous oublie pas. Bises à tous.

...
13.08 | 00:59

Rien de nouveau à lire? Notre plumé est en vacance?...........bon ben attendons.....

Bise à te lire bientot.

Patrick

...
23.07 | 22:55

Salut chef... Je viens de me souvenir de ce site comment vas tu ? Un petit mail pour avoir de tes nouvelles me ferait plaisir. Gros bisous du moustachu.

...
Vous aimez cette page