Sous l'œil de Zeus

Métabolisme

Hier, 24° sur les quais. J’ai le nez rouge de soleil après un petit déjeuner tardif en terrasse, un 9 janvier. Un rêve pour l’oisive que je suis, un cauchemar pour les agriculteurs locaux qui voient avec fatalisme bourgeonner les fruitiers qui sont leur ressource majeure et dont ils savent la récolte condamnée d’avance par les coups de froid à venir qui vont inévitablement décimer les fleurs déboussolées.

Ce lendemain dimanche, il fait toujours plus de 20° mais un crachin gris et tenace s’est installé au petit matin. Cette fois les paysans sont ravis, et pas moi. Hormis ma solidarité qui leur est totalement acquise, j’ai du mal avec le gris. Histoire de tempérament sans doute, de métabolisme. Pour conjurer la mauvaise humeur de Zeus, je me suis vêtue de rouge, avec toutefois la concession d’un jean gris pour prouver mon allégeance aux dieux locaux. Et j’ai rejoint la Plateia, « la place » où se concentrent les humeurs de la ville, où se traitent les trocs plus ou moins licites mais vitaux pour ces salariés à mi-temps et ces retraités amputés d’une demie pension depuis des années. La place où huit cafés, tavernes, snacks, restaurants s’échangent la même clientèle réduite, en nombre et en ressources. Mais chacun a sa spécialité et le public tourne sans heurts. Un café frappé ici, un toast là, un ouzo plus loin, une friture, une brochette, une assiette de patates ou d’herbes cuites, un sourire, un rire, une discussion politique, des nouvelles des grands-parents restés au village là-haut, et le dimanche sera vite passé, qu’il pleuve, qu’il vente ou que revienne le soleil.

Pour moi qui ne suis pas méditerranéenne d’origine – à ma connaissance du moins, quoique parfois je m’interroge… --, le gris aplanit mes envies comme le soleil les intensifie. Mes journées se dessinent au fil des aquarelles et des lavis qui se bousculent dans un ciel tantôt azur et neige, tantôt acier et nébuleuses. Mon corps sait mieux que ma tête ce qu’il lui convient de faire pour être en harmonie avec ce monde qui nous entoure. Je le laisse me diriger à présent…

... Si ce ne devait être que la seule chose que j’aurais apprise dans cette vie, cela resterait digne, à mon avis, de recevoir les félicitations de mon jury !   :-))

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Aline | Réponse 13.01.2016 15.16

Chacun de nous né de ce côté-ci du globe, oui, sans doute... et même sans aucun doute !

solange | Réponse 13.01.2016 13.56

N'y aurait-il pas un méditerranéen qui sommeillerait au fond de chacun de nous ?...

Voir tous les commentaires

Commentaires

03.02 | 19:58

Coucou dame grecque,
si tu ne veux pas rencontrer trop de chinois et de russes, je te propose un p'tit tour par les confins charentais....
Et ta new adresse ?

...
02.01 | 15:45

Bonjour Aline,
Je te souhaite le meilleur également ! J'espère que tout va bien, je t'embrasse et pense bien à toi,
La petite Céline (de Tourmag)

...
01.10 | 16:45

Eh bien oui je pense comme toi mais ce n'est pas la vraie vie nous sommes dans un jeu vidéo .....c'est sur

...
16.08 | 09:08

intéressant ; ça me parle. Abientôt.

...
Vous aimez cette page