Rebonjour la Grèce

Vies parallèles

Nikos a 6 ans. Il aime jouer avec Sofia qui habite la maison d’à côté et a un an de moins que lui. Nikos porte le nom de son grand-père, Sofia celui de sa grand-mère. En Grèce, c’est une règle intrangressible. Si ça n’offre aucun choix créatif aux parents, ça évite au moins les Dylan et Brenda des séries américaines.

Les deux enfants courent dans la rue sans contraintes. Le quartier tout entier les a à l’œil et les protège. Ils ont tous les droits et n’ont encore jamais subi de remontrances, quels que soient leurs débordements.

• • •

Sofia a 14 ans. Elle ne voit plus Nikos que de loin. L’école les a séparés. Elle était plus douée que lui et a été orientée vers le lycée. Lui aide déjà son père aux olives l’hiver. C’est fatigant, même pour un solide jeune de 15 ans. Et cela lui laisse peu de temps pour lire ou étudier. D’ailleurs, il n’aime pas vraiment ça.

Il retrouve Sofia l’été, pendant les vacances, quand tous les ados du quartier se rejoignent sur la plage. Les mères sont tolérantes aux jeux des enfants qu’elles ne voient pas grandir.

• • •

Nikos a 22 ans. Hier, il a assisté au mariage de Sofia avec Christos. Les pères des mariés travaillent ensemble depuis longtemps et ils s’étaient promis d’unir leurs familles à travers leurs enfants. Sofia a toujours obéi à son père et Christos est plutôt gentil. Quand le pope les a couronnés, elle a bien senti un pincement discret quelque part au creux d’elle-même. Mais rien de précis.

Nikos a beaucoup bu avec les invités et amis de la noce. Tout le quartier était là, les jeunes, les parents, les vieux. La société grecque est très tolérante aux excès festifs.

• • •

Sofia a 50 ans. Ses deux enfants sont mariés. Elle va être grand-mère pour la deuxième fois et la petite fille qui arrive s’appellera Sofia. Son frère Christos est né il y a deux ans déjà. Pour son baptême, Sofia avait invité les voisins. La famille a les moyens et aime recevoir. Nikos était venu avec sa seconde épouse. La première, une touriste allemande éblouie par le soleil et la rustique simplicité des hommes du coin, avait fini par regretter les brumes plus sophistiquées de Hambourg. La  nouvelle est douce et effacée. Ils n’ont d’enfants ni l’un ni l’autre.

Sofia aurait bien aimé que Nikos soit le parrain d’un de ses deux enfants. Mais la famille de son mari a catégoriquement refusé. La société grecque n’est pas tolérante aux écarts de pensée traditionnelle.

• • •

Nikos a 70 ans. Il est assis à la terrasse du kafénïon où il passe la majeure partie de ses journées avec quelques autres vieux, désœuvrés comme lui. Ils parlent un peu, peu. Politique mais surtout football. Ils commentent les matchs à la télé, s’excitent parfois, quelques minutes. Nous sommes en 2015. Ils ont tous, dans la poche de leur vieux blouson, un portable qui sonne pour les rappeler à la maison. Le repas est prêt, on les attend. Ils se lèvent.

Parfois, Sofia passe devant la terrasse, un sac de courses à la main. Elle sourit timidement si elle croise le regard de Nikos. Son époux est mort, ses enfants sont loin. Elle ne craint plus le jugement, n’a plus à obéir. Mais elle est vieille, grise, tassée par les ans et les renoncements. Elle ne sait même pas si Nikos se souvient de leur enfance, de leurs jeux, leurs rires, leur insouciance. Et elle ne le saura jamais.

• • •

Dieu est-il tolérant à nos égarements ? Il paraît que oui. Mais combien de vies « ratées » faut-il pour guérir ce genre de karma ? Et pourquoi la Grèce me semble-t-elle la salle de classe idéale pour conscientiser le cheminement de ces souffrances que nous nous infligeons en choisissant des incarnations au sein de rigidités redoutables ? Ça, c’est une question facile ! Parce que les Grecs sont en même temps (quantique) une caricature de blocages en tous genres et la preuve vivante d’une puissance de vie indescriptible, bien au-delà des mots !

Allez, je me tais.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Damodette | Réponse 27.04.2015 21.06

Et ces carcans... S'ils étaient là justement pour nous montrer notre puissance et nos errements ?
De l'utilité de "mal", nous dirait CG Jung...

Voir tous les commentaires

Commentaires

01.10 | 16:45

Eh bien oui je pense comme toi mais ce n'est pas la vraie vie nous sommes dans un jeu vidéo .....c'est sur

...
16.08 | 09:08

intéressant ; ça me parle. Abientôt.

...
13.08 | 12:04

Voilà voilà ! Le temps file trop vite ici que veux-tu ! Mais je ne vous oublie pas. Bises à tous.

...
13.08 | 00:59

Rien de nouveau à lire? Notre plumé est en vacance?...........bon ben attendons.....

Bise à te lire bientot.

Patrick

...
Vous aimez cette page